Halloween : Resurrection

Halloween ResurrectionPour un real show sur le net, un groupe de jeunes est invité à enquéter dans la maison des Myers. Une expérience effrayante, mais sans danger puisque Michael, l’un des plus fameux tueur en série a été décapité il y a 3 ans. A moins que…

Enième opus de la série initié par John Carpenter, cet Halloween nous permet de voir revenir Michael Myers plus en forme que jamais, prêt à transformer en charpille tous les adolescents sexués.

Malgré une introduction qui peut semer le doute chez les fans, le film est en général très classique et suit les règles du slasher pour adolescent. On est assez loin de l’esprit original d’Halloween, dont le précédent épisode (H20) se rapprochait plutôt, et on passe ici du côté du Scream-like moins inspiré.
Les scénaristes ont cette fois pris le parti de la caméra embarquée à la Blair-witch pour développer l’ambiance. L’essai aurait pu être mieux transformé, car le traitement se veut extrêmement calibré et ciblé pour un auditoire (trop) jeune. Cependant, certaines scènes sont sympatiques et plutôt bien amenées.

On peut se demander ce qui a amené à de tels choix au niveau des acteurs, tant la présence de Busta Rhymes s’avère discutable. Très mauvais dans la plupart de ses scènes, il plombe vraiment le film avec un humour digne d’un nanard de la pire espèce.

Si l’on peut faire l’impasse sur ces points, on prendra un plaisir sympathique à retrouver Michael même si de nombreuses scènes mériteraient un éclaircissement dans le but d’une compréhension du personnage depuis le début de la série.
A conseiller aux fans donc et aux amateurs du genre. Les autres s’ennuieront.

L’exercice périlleux qui consiste à faire une suite est souvent soumis (ne serait ce au moins qu’envers les fans) à l’obligation soit de respecter l’œuvre d’origine, soit d’apporter quelque chose de neuf et d’innovant, sans renier l’état d’esprit originel.

Halloween Resurrection ne parvient ni tout à fait à l’un ou à l’autre, mais n’en demeure pas moins un gentil slasher qui en vaut bien d’autres.

En tant que grand fan de Michael Myers, j’appréhende toujours de voir la manière dont va être maltraité mon boogeyman favori ! Mais heureusement que l’un des plus grands assassins du grand écran reste finalement égal à lui même et enchaîne les meurtres avec le rythme qu’on lui connaît d’un métronome.

Quel reproche faire à cette suite sans particulière saveur ? et bien d’être surtout un film très actuel, à savoir un slasher/teenager mâtiné de Blairwitch 1er du nom et d’humour pas forcément opportun.

On se rappelle que l’idée première de John Carpenter était de conter, dans une ambiance sombre, froide, lente, et pesante, la quête incessante de Michael Myers dont l’unique but était de parvenir à la mort de sa sœur (incarnée par Jamie Lee Curtis).

Après des épisodes 4, 5 et 6 où les différents réalisateurs s’étaient un peu éloignés de cet objectif initial (ne parlons même pas du 3 où le serial killer au masque blanc n’apparaît pas, le scénario n’ayant rien à voir avec les autres films !), notre croque-mitaine était revenu dans un Halloween 7 ( » 20 ans après « ) pas si mauvais que ça et qui prétendait renouer avec l’ambiance et le style de départ (bon, c’était pas parfait mais c’était bien tenté).

Cet opus numéro 8 va sans doute ravir les plus jeunes  » slasherovores  » mais un peu décevoir les autres par son aspect trop contemporain au point de le transformer en un simple produit de consommation parfaitement markété pour sortir le jour d’Halloween.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s